Articles

VAST…

19 mai 2022

un projet digital original : numériser l’évolution des valeurs européennes à travers l’espace et le temps

Les valeurs définissent qui nous sommes et représentent la trace de notre héritage européen commun, de notre mémoire collective et de la façon dont nous nous percevons et percevons les autres. Historiquement dynamiques, les valeurs voyagent à travers la culture matérielle (artefacts, livres, instruments scientifiques, etc.). Des personnes différentes en des lieux et époques différents se les approprient de manière différente, les faisant ainsi réapparaître sous de nouvelles formes culturelles, matérielles ou immatérielles.
En fournissant une modélisation, des méthodes, des techniques et des outils numériques avancés, permettant l’étude collaborative, l’annotation, la capture et la numérisation en continu des expériences, VAST pourra mettre en avant les récits représentant des moments importants de la culture et de l’histoire européenne et des expériences des citoyens.

Le projet VAST (Values Across Space and Time, en français « valeurs à travers l’espace et le temps ») fait partie du programme de recherche européen Horizon 2020. Il a été lancé en décembre 2020 pour une durée prévue de trois ans.
VAST a pour objectif d’étudier la transformation des valeurs morales à travers l’espace et le temps en mettant un accent particulier sur certaines d’entre elles. Des valeurs considérées comme fondamentales, leur adoption permettant de constituer des communautés durables de citoyens au sein desquelles il fait bon vivre ensemble. Parmi ces valeurs, citons la liberté, la démocratie, l’égalité, la tolérance, le dialogue, la dignité humaine, l’État de droit et autres.

VAST résulte d’une collaboration internationale entre huit partenaires en provenance de cinq pays européens :

  • le Centre national de recherche scientifique Demokritos (Grèce), coordonnateur du projet ;
  • l’Università degli Studi di Milano (Italie) ;
  • l’Université nationale et Kapodistrienne d’Athènes (Grèce) ;
  • l’Universidade NOVA de Lisboa – NOVA (Portugal) ;
  • le musée des Contes de fées (Chypre) ;
  • Semantika, entité de consultants-chercheurs dans le domaine du digital (Slovénie) ;
  • le Museo Galileo (Italie),
  • le festival d’Athènes et d’Épidaure (Grèce).

Trois pilotes représentant trois domaines différents du patrimoine européen ont donc été lancés pour étudier ces valeurs :

  • le théâtre (axé sur le théâtre grec ancien) ;
  • la science (axée sur la révolution scientifique et les documents de philosophie naturelle du XVIIe siècle) ;
  • le folklore (axé sur l’étude comparative des contes de fées de différents pays européens).

Grâce à des techniques avancées et à des outils numériques, les chercheurs étudient des récits et des expériences représentant des moments importants de la culture et de l’histoire européennes, tels que la période classique, la révolution scientifique du XVIIe siècle (qui a établi les fondements conceptuels, méthodologiques et institutionnels de la science contemporaine) et l’ère moderne.
Le but poursuivi par le projet est la promotion des valeurs citées ci-dessus par la construction d’une plateforme digitale et la création d’une base de connaissances mises à disposition de diverses institutions éducatives, culturelles et autres.
Au-delà de l’analyse de la transformation des valeurs morales dans le passé, le projet VAST se propose d’étudier la manière dont les valeurs morales sont communiquées et perçues aujourd’hui, en collectant, numérisant et analysant les récits et les expériences de ceux qui portent et diffusent ces valeurs, à savoir, les artistes, réalisateurs, institutions culturelles et créatives, conservateurs de musée, conteurs, éducateurs, etc.
Dans un premier temps, des méthodologies et des outils ont été mis à la disposition d’universitaires, de chercheurs et de praticiens participant au projet. Il s’agit d’analyse de contenus, d’entretiens, de questionnaires et d’autres documents (presse, sites, pièces de théâtre, histoires, récits, etc.), le tout sous forme écrite, orale ou vidéo.

Dans un deuxième temps, d’autres acteurs seront sollicités par le projet, artistes, conservateurs, experts en narration, spectateurs, visiteurs de musées, étudiants et, plus largement, le grand public.
VAST vise donc à numériser et à préserver les histoires, les découvertes et les expériences en tant qu’actifs immatériels liés à des reproductions théâtrales emblématiques et significatives, ainsi qu’à des programmes éducatifs et à des expositions de musées. Les artefacts numériques seront consolidés et l’analyse et l’évaluation sémantique des actifs et des ressources numériques du patrimoine culturel seront fournies.

Irène Papaligouras-Bataille

Read More

La biodiversité, une question de valeurs

5 avril 2022

Séminaire jeudi 21 avril 2022, de 9h30 à 12h30, dans la Galerie des CAUE des Hauts-de-Seine, place Nelson Mandela à Nanterre

Le groupe Biodiversité des CAUE d’Ile-de-France* (Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) restitue une recherche-action entreprise en 2017 en partenariat avec des territoires sur la prise en compte de la biodiversité dans les projets.

Tout au long de ces années, les équipes du groupe Biodiversité des CAUE d’IDF ont développé des questionnaires pour définir la biodiversité en termes de valeurs. Elles ont conduit des ateliers de sensibilisation et de dialogue sur le terrain pour construire des boussoles de stratégie territoriale qui permettent, toujours à partir des valeurs, de définir des actions, des comportements et de mesurer dans la durée l’avancée des projets.

Ce travail de recherche est très innovant ; il a permis de créer les conditions d’un dialogue fructueux entre différentes parties prenantes (élus, responsables associatifs, administratifs des collectivités territoriales, chercheurs, etc.) et de favoriser sur le terrain des actions en faveur de la biodiversité.

Le séminaire du 21 avril sera l’occasion de revenir sur ces apports et de remettre le carnet « La biodiversité, une question de valeurs » aux participants.

Pour visualiser le programme, cliquez ici.

*L’équipe du CAUE Essonne, sous la direction de Valérie Kauffmann, a été formée aux valeurs selon la méthodologie des Perspectives des Valeurs (Kairios) et accompagnée par Carine Dartiguepeyrou.

Read More

La valeur des vertus

28 février 2022

ou “deviens qui tu es quand tu l’auras appris” – Pindare

Que sont les valeurs ?

De nombreux philosophes, psychologues comportementalistes et même coachs en management se sont posé la question  : « Qu’est-ce que les valeurs ? »
Pour tous pratiquement, les valeurs permettent de répondre à la question : « Pourquoi agissons-nous comme nous agissons ? » Elles peuvent donc nous aider à comprendre ce qui est le plus important pour nous, en tant qu’individus ou groupes, à travers différents contextes et situations sociales.
Aussi, les valeurs peuvent être vues comme des guides de vie, des motivations trans-situationnelles, organisées de manière hiérarchique. Bien que non directement observables, nos perceptions, nos attitudes, nos choix, nos comportements, nos jugements et, par-dessus tout, nos actions les manifestent.

Une autre notion, pas si différente, la vertu

Qu’est-ce qu’une vertu ? Est-elle différente d’une valeur ?
Selon les philosophes, l’éthique de la vertu se penche sur les qualités d’une personne, qui influent sur les décisions et les actions de celle-ci, dans la perspective de la réalisation de soi.
En quelque sorte, une vertu est donc une valeur qui pousse à être le meilleur et le plus droit possible.
Si nous rapprochons notre définition de « valeur » avec cette définition de « vertu », nous constatons que la principale différence réside en la « neutralité » des valeurs du point de vue éthique. Par exemple, « dialogue », « sécurité » ou « productivité » sont neutres sur le plan de la morale ; « altruisme » ou « courage » seraient perçus comme positifs par les Grecs, donc comme des vertus.
Les anciens philosophes grecs et, plus particulièrement, Socrate et Platon définissaient la vertu comme la capacité d’adopter dans sa vie quotidienne un certain nombre de principes et de valeurs dont la pratique permet de mener une vie morale, c’est-à-dire d’agir en conformité avec ce que l’on pense.
C’est à partir de cette pensée qu’Aristote a pu définir son éthique, tournée vers la recherche du Bien.
Il s’agit d’un savoir pratique composé de cinq qualités, orientées en croix à la façon des quatre points cardinaux, autour d’un centre occupé par la sagesse : le courage, la tempérance ou la modération, la justice ou la probité, la piété ou la dévotion.
Très marquée par les notions de mesure et de sagesse, la vertu aristotélicienne est présentée comme un juste milieu entre deux défauts : un manque et un excès. Par exemple, le courage se trouvant entre la lâcheté et la témérité.
Une personne intempérante ne suit pas la raison, mais les émotions. Or, la vertu morale est une voie moyenne entre deux vices, l’un par excès et l’autre par défaut : « C’est tout un travail que d’être vertueux. En toute chose, en effet, on a peine à trouver le moyen. »
La vertu ne peut pas être simple bonne intention, elle doit être aussi action et réalisation. Elle dépend du caractère (ethos) et de l’habitude de bien faire que les individus doivent acquérir. Les vertus sont en nous seulement à l’état de puissance mais nous naissons tous avec la potentialité de devenir moralement vertueux. « C’est en pratiquant les actions justes que nous devenons justes, les actions modérées que nous devenons modérés, et les actions courageuses que nous devenons courageux. »
Mener une mauvaise vie équivaut à se laisser dominer par des forces psychologiques irrationnelles vous entraînant vers des buts extérieurs à vous-mêmes, des comportements et des actions avec lesquels on ne se sent pas en accord… Aristote, comme Platon avant lui, estimait l’harmonie intérieure comme absolument nécessaire pour vivre une vie bonne, alignée avec ses principes et croyances.
Dans ce sens, les vertus aristotéliciennes peuvent donc être considérées comme des valeurs morales.
Nous ne pouvons pas clore cette présentation sur le thème des valeurs et des vertus sans mentionner le modèle de Christopher Peterson et Martin E. P. Seligman, devenu un classique de la psychologie positive.
Ces psychologues ont identifié 24 « forces de caractère », largement reconnues et valorisées « de façon consistante à travers l’histoire et les cultures ».
Les forces de caractère, aussi appelées « valeurs en action », sont des capacités de se comporter, de penser ou de ressentir de manière qui favorise un fonctionnement et des performances optimales et aide à mener une vie heureuse et florissante.
Elles sont différentes d’autres types de forces tels que les compétences, les talents, les intérêts ou les ressources.
Une caractéristique de ces forces est qu’elles peuvent être cultivées et pratiquées.
Dans ce sens, elles sont proches de l’éthique aristotélicienne.

Irène Papaligouras-Bataille

Read More

Les valeurs des jeunes à l’égard du travail

16 juin 2021

Les valeurs des jeunes à l’égard du travail
Master Management Interculturel (ISIT en partenariat avec l’Observatoire des Valeurs)

Vous trouverez en cliquant sur les liens ci-dessous l’étude menée en 2020-2021 par trois élèves de l’ISIT-Paris du Master Management Interculturel en partenariat avec l’Observatoire des Valeurs. Cette enquête auprès de plus de 600 jeunes étudiants analyse les besoins et les aspirations des jeunes à l’égard du travail. Elle approfondit leur regard en termes de valeurs. 78 % des jeunes accordent une importance à l’alignement des valeurs de l’entreprise avec les leurs.

Read More

Quelles valeurs pour la transformation sociétale ?

8 décembre 2020

Séminaire / Rencontre « Quelles valeurs pour la transformation sociétale ? »

Rencontre organisée par les Entretiens Albert-Kahn, l’Acidd Lab et l’Observatoire des Valeurs, le 8 décembre 2017 à la Maison d’Albert Kahn (Boulogne-Billancourt)

Reconnus pour leurs réflexions innovantes, les trois organisateurs de cette rencontre l’ont construite sous forme de regards croisés avec pour objectif : travailler sur le socle de valeurs individuelles et collectives qui permet à chacun d’aborder la transformation sociétale actuelle.

La rencontre a eu lieu dans la maison où vécut Albert Kahn, à Boulogne au début du XXe siècle, maison rénovée et rouverte en 2012. Albert Kahn fut un mécène financier important et ce lieu emblématique entrait particulièrement en résonance avec les personnes présentes lors de cette matinée. Les participants étaient issus de cultures professionnelles et sociales variées, représentant le monde de l’entreprise comme celui des territoires et des collectivités, sans oublier les arts, la philosophie, la prospective et le développement local. Cinq intervenants principaux ont nourri cette réflexion participative et ont suscité des commentaires riches dans la salle.

Carine Dartiguepeyrou, présidente de l’Observatoire des Valeurs, a ouvert cette matinée par une réflexion sur la définition du mot « valeur ». La présentation fut étayée par un jeu de cartes élaboré par les chercheurs américains de Kairios, dont l’Observatoire des Valeurs a traduit les travaux et la méthodologie en français. Les cinq valeurs déclinées dans ce jeu offraient la possibilité d’amorcer une identification personnelle de ses valeurs, lesquelles n’étaient pas envisagées ici dans leur sens moral, mais comme génératrices d’énergie. L’identification de nos valeurs individuelles permet en effet de mieux comprendre notre représentation du monde ou le prisme à travers lequel chacun voit le monde. A partir de cet ancrage individuel, il est ensuite plus aisé de partager des valeurs collectives et d’envisager une action collaborative et transversale, et donc de participer en conscience à la transformation sociétale.

Gilles Berhaut, délégué général de l’association Acidd, a ensuite présenté quelques éléments des travaux de l’Acidd Lab intitulés « Lost in transitions », en référence au film Lost in translation de Sofia Copolla. La question essentielle reste celle du « comment ». Comment peut-on transformer ensemble et que peut-on faire ensemble ? La ferveur, l’effervescence, la mise en action, la conscience, l’accélération du temps et la transversalité sont des marqueurs de cette ère de transition. La dimension écologique, dont il s’est préoccupé à travers la COP21, pose des problèmes préoccupants pour l’avenir : l’augmentation considérable du nombre d’habitants sur la planète, la répartition des richesses, la paupérisation des populations et l’enjeu climatique sont autant de fragilités qui peuvent devenir des forces de cohésion en ces temps de transition.

Raymond Van Ermen, conseiller auprès de la présidente de European Partners for the Environment, a souligné le rajeunissement massif de la population mondiale : 2,6 milliards de personnes sont nées au XXIe siècle et ont moins de vingt ans aujourd’hui… Autant dire que la société de consommation et de propriété ne pourra perdurer dans sa forme actuelle avec le resserrement des limites planétaires, ni évoluer positivement sans l’intelligence et la capacité collectives, mais aussi sans les valeurs de l’humour, de la création, de l’égalité et de la responsabilité. Après avoir transformé la nature, l’enjeu est maintenant de transformer l’humain.

Julie Chabaud, psycho-sociologue et politologue, a partagé les fruits de son expérience au sein du Labo’M21 d’innovation collective et au sein de la mission Agenda 21 en Gironde. La réalité des transitions numériques, énergétiques, écologiques et démocratiques se mesure sur le terrain avec les moyens usuels d’observation, de test et d’analyse utilisés dans l’expérimentation et l’innovation scientifiques. Comment tisse-t-on la réalité des territoires sinon avec les matériaux qui la composent, en particulier dans les domaines de la santé, de l’aménagement, de l’environnement et du développement local.

Ariel Kyrou, journaliste-écrivain-essayiste, a présenté sa réflexion sur l’imaginaire des transformations et des innovations sociétales. Sensible aux avancées des nouvelles technologies et aux cultures alternatives, il a élaboré quelques parallèles entre les problématiques soulevées par notre ère de transition et la vision de plusieurs artistes et auteurs, y compris dans le domaine de la science-fiction.

Comme tous les Entretiens Albert-Kahn, cette 30e édition a fait l’objet d’un Cahier publié par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine. Consulter le cahier n° 30

► Écouter les entretiens en ligne :

► En savoir plus sur les Entretiens Albert-Khan

► En savoir plus sur l’Acidd Lab et l’association Acidd, devenue le premier janvier 2018 la Fondation des Transitions

Read More

Où en sommes-nous de notre conscience écologique ?

16 septembre 2020

Vous trouverez en cliquant sur ce lien un article toujours d’actualité signé par Carine Dartiguepeyrou, Présidente de l’Observatoire des Valeurs, paru dans la revue Vraiment durable.

Au fil des transformations de la société, mais aussi des évolutions de la nature, des valeurs qui constituaient nos références s’estompent tandis que d’autres émergent. Comment ces valeurs anciennes et nouvelles influencent-elles le rapport qu’entretient l’homme avec le vivant ? Comment l’homme, aujourd’hui, peut-il tout à la fois conjuguer les questions écologiques et l’altérité dite humaniste ? La « conscience planétaire », entre émancipation et interdépendance – tout en conjugaison subtile – est elle-même une valeur nouvelle et fondatrice, selon l’auteur. La « reliance » est au cœur des questions abordées dans ce texte, à la fois dense et visionnaire. (…)

Read More

L’ADN de l’innovation chez les jeunes Africains et les jeunes Chinois

1 septembre 2020

Vous trouverez en cliquant sur ce lien l’étude menée par des quatre élèves de l’ISIT – Paris du Master Stratégies internationales et diplomatie en partenariat avec l’Observatoire des Valeurs.

L’objectif de celle-ci : étudier sur la valeur de l’innovation chez les jeunes en y ajoutant une lecture interculturelle. Alors que la mondialisation a gagné de nombreux secteurs, il est aujourd’hui indispensable de s’interroger sur les secteurs d’avenir, comme l’innovation. La finalité de cette étude était donc de comprendre ce qui guide les générations futures influencées par leur prismes culturels et générationnels face à l’innovation.
Le parti pris a donc été de se pencher sur des cultures que tout semble opposer de prime abord, en l’occurrence la Chine et les différents pays de l’Est et de l’Ouest de l’Afrique. (…)

Read More

Vers une nouvelle conscience européenne ?

10 avril 2019

Conférence débat, Goethe-Institut le 9 avril 2019

Les 26 et 27 mai 2019, les Européens des 28 États membres (y compris le Royaume-Uni) de l’Union européenne (UE) vont voter. C’est une date symbolique importante. Pour la première fois des jeunes qui n’ont pas connu le siècle précédant pourront participer au choix d’une assemblée qui devra être représentative. Mais comment vont-ils fonder leur vote, valeurs, intérêt ou rejet ? Et plus globalement comment construire un nouveau récit commun ?
S’il est très difficile à ce stade de prévoir ce qui sortira des urnes, il est quasiment certain que la collision entre les enjeux majeurs de l’Union et les préoccupations clés de chacun des pays membres éclatera en plein jour. Les débats croisent, voire opposent directement questions sociales et environnementales… Chaque pays est confronté à des crises, y compris démocratiques dans les pays qui affirment leur gouvernance comme une valeur fondatrice de leur identité. C’est aussi la question du pouvoir et de l’autorité qui interroge en France, en Italie, en Espagne, en Grèce, partout, et notamment la question des pouvoirs économiques. C’est partout la question des conditions de vie les plus élémentaires comme l’alimentation, l’habitat, la possibilité de se déplacer qui se pose interrogeant sur la santé et la qualité de vie, et même la possibilité d’avoir de l’eau, des aliments et de l’air potables.
L’Europe résistera-t-elle une fois de plus à cette crise ?
En s’appuyant sur les racines diverses mais riches de ses identités nationales et régionales, l’Europe réussira-telle à faire émerger des méta-valeurs communes à tous ses pays membres afin de promettre à tous un avenir commun plus serein ?
Alors que l’Europe a été fondée sur la promesse de valeurs d’ouverture de l’économie susceptible d’améliorer la vie, elle a perdu la confiance… C’est particulièrement vrai vis-à-vis des grandes entreprises, surtout celles liées à la finance. La lutte contre l’évasion fiscale ressort même comme une priorité des Français dans le Grand Débat national, alors que l’Europe la permet dans plusieurs des pays membres.
Seule la recherche de sens et de valeurs doit porter le projet européen. Le premier débat entre les têtes de listes pour les élections françaises a consterné tous ceux qui en sont convaincus, tellement les candidats semblent éloignés de cette conviction. Nous pensons que c’est sur une nouvelle narration européenne que nous pouvons fonder un nouveau projet où chacun puisse trouver sa place et se réconcilier avec un gout pour la découverte de l’autre, dans ses différences et sa culture, y compris les réfugiés.
La liberté de se déplacer en Europe est menacée, c’est un droit fondamental. Nos enfants sont aujourd’hui multiculturels, nourris de leur accessibilité au monde… Pourront-ils aussi continuer à s’enrichir et grandir grâce à Erasmus, dans des échanges grâce à l’euro ? Nous pouvons nous attendre au pire comme au meilleur. C’est à nous, humains, de prendre conscience, de solliciter notre imaginaire, d’inventer les solutions et les récits qui nous permettront de relever les défis et de donner un sens à nos vies.
Prendre conscience et changer pour un monde meilleur ? Ces questions sont avant tout culturelles. Modérer les usages des nouvelles technologies comme agir avec respect pour l’environnement remet en question nos systèmes de valeurs, nos représentations du monde.
C’est bien d’un changement culturel dont il s’agit, au sens des valeurs et des comportements, ce sera avant tout le sens du vote !

Gilles Berhault1, Carine Dartiguepeyrou2, Alexandra Mitsotaki3, Irène Papaligouras4

Cette tribune a émergé de la rencontre du 9 avril 2019 sur le thème « Vers une nouvelle conscience européenne ? » avec les interventions d’experts venus de toute l’Europe, organisée par la Fondation des Transitions, l’Observatoire des Valeurs et le World Human Forum, avec le concours du Centre culturel hellénique.
En savoir plus sur cette conférence : http://valeurs-europe.eu


[1] Gilles Berhault est le Délégué général de la Fondation des transitions (https://www.les-transitions.org) et Conseiller stratégie et développement de la Fondation contre l’exclusion (FACE).
[2] Carine Dartiguepeyrou est la présidente de l’Observatoire des valeurs (http://www.observatoiredesvaleurs.org)
[3] Alexandra Mitsotaki est la Présidente du Centre Culturel Hellénique (http://cchel.org) et co-Fondatrice du World Human Forum (http://worldhumanforum.earth)
[4] Irène Papaligouras est co-Fondatrice du World Human Forum (http://worldhumanforum.earth) et membre d’ l’Observatoire des Valeurs

Read More

Des combats pour chacun, des valeurs en commun ?

24 novembre 2018

Comment parler « valeurs » avec la jeunesse d’aujourd’hui ? Surtout dans un cinéma, surtout pour un jour de rentrée universitaire ? C’est pourtant le défi audacieux que s’est lancée Carine Dartiguepeyrou, docteure en Sciences politiques et présidente de l’Observatoire des Valeurs. Lors d’un échange avec une centaine d’étudiants de l’ILERI*, elle a su impulser une réflexion collective sur le sens et l’essence des combats que cette jeunesse mène sans s’en vanter.
Il est si fréquent d’entendre parler d’une « crise de valeurs », comme maladie spécifique à notre société et particulièrement aux nouvelles générations : c’est devenu un cliché, un lieu commun qui fait rimer passivité avec jeunesse. Témoins d’une perte de repères liée au culte du confort matériel qui a effacé les préoccupations spirituelles : voilà comment ils n’aiment pas être perçus.
Pour introduire la thématique des valeurs, Carine Dartiguepeyrou a choisi de faire visionner un film à ces étudiants interloqués et impatients de se laisser surprendre par la créativité pédagogique de l’administration. Elle explique qu’il s’agira de King : de Montgomery à Memphis, un documentaire qui invite à réfléchir sur le combat du pasteur Martin Luther King Jr. et qui offre une rétrospective sur son parcours. Un vestige de ces années 1960, souvent évoquées dans les manuels d’histoire, mais bien trop peu explorées dans leur complexité, et surtout sous le prisme des valeurs.
S’enchainent alors des scènes chocs, des séquences troublantes, du Ku Klux Klan en passant par les symboles de l’apartheid et finissant par le légendaire discours de Martin Luther King à la Maison Blanche. Si l’on trouve sans difficulté un vaste éventail d’adjectifs qui pourraient correspondre à ce personnage, Carine Dartiguepeyrou nous demande quelles « valeurs » peuvent le caractériser ? On entend des chuchotements, des hésitations : « mais c’est quoi une valeur, au fond ? » Ni qualité, ni simple cause de combat, sa définition implique une dimension plus subtile. Une valeur, on la porte, on l’incarne.
Quelques réponses émergent alors de la salle : le courage, l’intégrité, la justice, l’égalité… Autant d’éléments qu’évoque le combat de Martin Luther King. Mais la précision est de mise dans ce débat, où l’on risquerait de s’égarer : Carine Dartiguepeyrou recadre l’échange en expliquant que la valeur se définit par rapport à des notions d’énergie et de choix. L’énergie de Martin Luther King est indéniable, et elle semble effectivement motivée par un choix : agir et lutter pour une cause collective, avec la conviction que les méthodes pacifiques seront les plus efficaces.
Quid des valeurs d’aujourd’hui ?
Si la discussion suscitait déjà un intérêt certain, il fallait seulement une étincelle pour allumer un débat passionnel. Carine Dartiguepeyrou s’est adressée aux étudiants en leur demandant de décrire les combats qu’il faut mener de nos jours, et les objectifs à atteindre. Mais en suggérant d’établir une hiérarchie, un ordre de priorités entre ces différentes causes, elle a provoqué l’offuscation et le désarroi. « Comment donner la bonne réponse quand l’engagement est intrinsèquement lié à notre subjectivité individuelle ? Comment dévoiler ses valeurs, son « moi », à un groupe d’inconnus qui, peut-être, ne les partagent pas ? »
Il y avait ceux qui soulignaient l’antagonisme classique entre liberté et sécurité – un choix se référant à des facteurs plus « culturels ». Puis ceux qui parlaient de démocratie, de son interprétation singulière de nos jours et la nécessité de comprendre sa définition pour mieux la préserver. Encore, quelques-uns qui évoquaient les valeurs d’égalité de genre, remises au cœur du débat par la polémique #MeToo et questionnant nos acquis dans cette sphère. Enfin, ceux qui mentionnaient la vérité et la transparence comme valeurs fondamentales dont la recherche devrait empêcher la paralysie du débat public, mais dont les dérives et détournements posent un défi.
Si les causes sont définies, l’énergie et l’audace restent des ingrédients indispensables pour donner sens à cet engagement. Et un point fait consensus : ces combats nécessitent une implication de chacun pour aboutir.
Les langues se délient et des convictions prennent forme. Non pas dans une logique de confrontation, mais plutôt d’apports mutuels, ils débattent, argumentent et s’écoutent ; à l’issue de cet échange, ces quelques étudiants seront sortis enrichis mais interpelés – et c’était bien l’objectif.

Tatiana Serova, étudiante à l’ILERI

*L’ILERI (Institut libre des Relations internationales et des Sciences politiques) est une école spécialiste des relations internationales depuis 1948, située à Paris-La-Défense. Proposant une formation pluridisciplinaire en sciences politiques, géopolitique, droit international, économie et langues, l’ILERI forme ses étudiants, selon les besoins du marché, aux fonctions de cadres des organisations internationales, des ONG, des entreprises internationales, des institutions européennes, de la fonction publique française (défense, environnement, etc.), de la diplomatie, des collectivités territoriales, des think tanks, du journalisme, des cabinets de lobbying, des cabinets de conseil, etc.

Read More

Livre à découvrir : Le manager et les 40 valeurs

16 novembre 2018

L’ouvrage se structure autour de courts textes organisés autour des 40 valeurs identifiées par l’auteur et tirés des 200 chroniques mensuelles publiées sur le site rhinfo.com de 2000 à 2017. De ce fait, l’auteur, Professeur à Essec Business School, se situe dans un temps long où les modes s’effacent et les pratiques managériales prennent leur relief véritable.

Regroupées autour de trois principes fondamentaux les valeurs illustrées dans ces textes aident le manager à se représenter sa mission autour de trois axes :

Read More

Les valeurs, s’informer, se former

1 août 2018

Les valeurs,
s’informer, se former

« Nous pouvons nous entendre parce que nous partageons les mêmes valeurs. »
« Ce ne sont pas mes valeurs ! »
« … et en plus, ils ont les mêmes valeurs ! »
« Ils ont de vraies valeurs, c’est pourquoi je les ai sélectionnés. »

Vous avez dit valeur ?!

Au premier abord, le terme valeur semble tomber communément sous le sens ; cependant, quand il s’agit de le définir précisément… cela devient moins évident ! Ce n’est pas parce que c’est compliqué, mais sous le terme « valeur », on voit fleurir beaucoup de définitions disparates, voire divergentes. Pour caractériser le terme valeur, les uns font appel au bon sens, les autres aux philosophes, les uns à leur terreau, les autres à leurs héros, la majorité mélangeant sentiment, morale et raison, rationnel et irrationnel… Le pire dans cette histoire est que chacun a raison, ou presque.

En effet, ne serait-ce que par intuition, chacun sait qu’il a en lui des valeurs, qu’il se reconnaît en elles, qu’elles le définissent, qu’elles interviennent dans les relations qu’il a avec autrui et qu’elles ont un rôle dans ses choix. Chacun sait aussi que, quand elles sont partagées, les valeurs contribuent à la cohésion d’un groupe, quelle que soit sa forme. Les individus s’en réclament et les organisations savent qu’il est souhaitable de les déclarer… Nombre de questions se posent alors : Qu’est-ce qu’une valeur ? Comment la définir ? Comment l’identifier ? Sur quoi s’appuyer pour la décrire ? Comment l’exprimer ? Quel est son impact ? De quelle manière et dans quel contexte influe-t-elle sur un individu, un groupe, un territoire ?

Mettre de l’ordre

Il existe des modèles, des méthodes, des théories, et savoir répondre à ces questions, c’est éviter de tomber dans un discours confus et mal compris. Pour une organisation, c’est éviter de courir le risque de ne pas être aligné avec sa réalité. Plus largement, c’est contribuer à l’harmonie d’un ensemble, au vivre-ensemble.

C’est sur ces questions et sur la nécessité de clarté qu’intervient l’Observatoire des Valeurs (OdV), en conduisant des actions de recherche, d’information et de formation, en étant un lieu de ressources et d’étude des différents systèmes d’analyse par les valeurs. L’OdV pour cela intervient globalement et sur trois axes : Valeurs et Individus, Valeurs et Organisations et Valeurs et Société.

S’éclairer

Dans le cadre de la formation, l’OdV a conçu une série de modules ; l’un d’eux, « Introduction à l’analyse par les valeurs », se tient sur une journée entière. C’est l’occasion de faire le point sur la question des valeurs et de mesurer l’apport significatif que permet une connaissance approfondie de l’analyse par les valeurs dans des contextes personnels et professionnels. Il s’agit de mettre de la méthode et, en la rendant efficiente, d’instiller un esprit « scientifique » dans l’analyse par les valeurs.

Une session « Introduction à l’analyse par les valeurs » a eu lieu le 28 septembre 2018 (http://www.observatoiredesvaleurs.org/event/introduction-a-l-analyse-par-les-valeurs/). D’autres sessions de formations et certifications seront organisées et seront annoncées sur le site de l’Observatoire.

Read More

Livre à découvrir : Values Shift – A Guide to Personal & Organizational Transformation

2 avril 2018

Publié en 1994 pour la première fois, ce livre du chercheur anglo-saxon Brian P. Hall expose le fruit de 25 ans de recherche et constitue un ouvrage de référence sur le thème des valeurs. L’ouvrage n’a toujours pas été traduit en français en dépit des rééditions régulières en anglais. Outre ses activités de recherche, Brian P. Hall était également prêtre missionnaire pour l’église anglicane. Il rédigea sa thèse de doctorat sur le thème de la psychologie des religions (1969). Brian P. Hall était également le fondateur et président de Values Technology, une entreprise dont les outils technologiques offrent des solutions pour le développement des ressources humaines, des talents et des performances au sein des organisations et des structures.

Formé à la pensée psychanalytique, Brian P. Hall s’est d’abord intéressé au langage et en particulier aux relations entre le langage et le développement culturel, sociétal et institutionnel. Parmi les références de cette première période de recherche, figurent l’action de Paulo Freire (1921-1997), pédagogue brésilien fervent défenseur de l’alphabétisation comme moyen de lutte contre l’oppression sociale ; les travaux d’Ivan Illich, philosophe germano-autrichien (1926-2002) qui dénonça les effets pervers de la société industrielle et exposa un projet de déscolarisation de la société ; l’œuvre d’Erich Fromm (1900-1980), psychanalyste humaniste américain qui travailla en particulier sur les processus d’assimilation et de socialisation de l’individu, en réaction à la vision déterministe alors d’usage chez les psychanalystes.

Read More

L’outil de coaching Kairios

1 janvier 2017

L’outil de coaching Kairios

Avec les Perspectives des valeurs, Kairios propose une théorie des valeurs, un modèle d’analyse des systèmes de valeurs et un questionnaire en ligne (Values Perspectives Survey). On peut s’en servir à titre individuel, seul, avec un coach ou un conseiller, ou en entreprise, avec un consultant extérieur ou interne.

Le modèle KAIRIOS

La théorie décrit ce que sont les valeurs, leur dynamique, comment elles interagissent et se regroupent. Comprendre cette dynamique permet d’accéder à des informations très profondes sur ce qui est important pour les gens et pourquoi, sur leur vision du monde, les filtres qui influencent leurs perceptions et leurs interprétations, et sur ce que les personnes, les groupes et les organisations peuvent faire pour progresser.

Un modèle non évaluatif

Kairios a pris soin de mettre au point un outil qui, contrairement à beaucoup d’autres, évite d’introduire une notion de jugement dans son questionnaire sur les valeurs. Toutes les valeurs proposées sont positives, il n’en existe pas qui soient meilleures que d’autres ; toutes les Perspectives sont au même plan, il n’y a pas de progression et il n’y en a pas une qui soit plus désirable que les autres. Ceci permet de développer la confiance en soi et la confiance dans le groupe, qui sont à la base du team building, par exemple, ou du développement personnel et professionnel.

Les Perspectives sont présentées sur un diagramme circulaire. Le spectre des valeurs est présenté dans un tableau, car il est impossible de faire autrement, mais il convient de l’imaginer comme étant circulaire, la Perspective la plus à droite et celle la plus à gauche se rejoignant.

La conduite du changement pro et perso

Il est tout à fait possible de faire un travail intéressant sur les valeurs d’une personne, d’un groupe ou d’une entreprise en consulting sans passer par le questionnaire. On peut partir de déclarations des personnes concernées, de citations, de jeux de cartes pour engager une discussion débouchant sur des compréhensions d’une grande utilité.

Ce genre d’intervention est adaptée à la mise en place de démarches visant le travail d’équipe, le bonheur au travail ou l’entreprise libérée. Il a été expérimenté aux Etats-Unis dans le cadre de la conduite du changement et après des fusions-acquisitions d’entreprises.

Accompagner avec les valeurs

Les coachs et consultants certifiés connaissent leur propre système de valeur et ont appris à s’en servir. Ils savent mettre en place un espace de confidentialité, de sécurité et de respect avec leurs clients. Ils n’ont pas de réponses ni d’analyses toutes faites à proposer, mais émettent éventuellement des hypothèses et guident la personne ou le groupe par un questionnement neutre et pertinent.

Le questionnaire des Perspectives des valeurs peut aider au recrutement (même si elle n’est pas à proprement parler un test de recrutement) comme à l’orientation professionnelle.

► Pour plus d’informations sur l’amélioration de la performance du management par l’analyse des valeurs en entreprise.

Se former au consulting avec les valeurs

La certification s’adresse à toute personne désireuse d’accompagner les autres, qu’elle soit déjà coach ou intervenant en entreprise ou non. Il est demandé d’étudier la théorie, de faire des exercices et de s’entraîner, de travailler sur soi et de pratiquer avec quelques autres personnes avec compte-rendu de supervision.

Pour faire le questionnaire des Perspectives des valeurs, cliquer ici.

► Pour la certification individuelle ou de groupe, nous contacter.

Read More